L’enfer de la bagnole

 Comme plus de 70% des français, vous venez de déposer les enfants à l’école en voiture et vous rendez sur votre lieu de travail. Cette fois-ci vous avez un rendez-vous important en plein centre-ville. Comme chaque matin, les embouteillages s’accentuent au fur et à mesure que vous approchez du but.

Ca y est, vous y êtes presque… mais impossible de trouver une place. Vous tournez, tournez… tiens, en voilà une. Vous courez, vous êtes stressé, et vous avez 15 minutes de retard. La journée commence mal…

Si vous vivez cette séquence de manière trop récurrente, cet article est pour vous.

La première question à se poser est la suivante : est-ce que je peux modifier un des paramètres de cet engrenage infernal ? Souvent, la réponse est non : transports en commun trop éloignés, impossibilité de décaler les horaires, etc. Non, rien à faire, « je n’ai pas le choix que de prendre la voiture ».

 

Et si vous aviez un vélo dans le coffre ?

Et pourtant, la solution est peut-être à portée de main : le « vélo-pliant ». Logé dans le coffre, il pourra vous sortir des situations les plus tendues. A la moindre difficulté, garez-vous, dépliez votre vélo et en 30 secondes vous êtes parti. La fin de votre trajet s’effectue alors sans ralentissement, en toute sérénité et plus besoin de trouver une place de stationnement. Tiens, vous êtes à l’heure cette fois-ci !

Vous arrivez à votre rendez-vous détendu et avec la banane.

 Vous appréhendez de vous lancer ? Pour vous convaincre, tentez l’expérience avec un vélo libre-service si votre commune en est pourvue.

Comment me diriger ? Si vous êtes à Paris ou Bordeaux, nous vous conseillons l’appli citymapper, qui vous donne le choix entre un tas de modes de déplacement estime les durées de trajet. Sinon, Google Maps sera votre ami, et vous tomberez des nues quand l’appli vous indiquera un temps de trajet à vélo bien inférieur au trajet voiture.

 

Comment convaincre le patron ?

Evidemment, un bon vélo pliant représente un certain budget. Vous vous dites que votre patron ne vous fera jamais cette fleur ?

Dites lui que cela vous évitera d’irriter les clients, que vous serez en meilleur forme, plus productif et moins malade (15% d’arrêts maladie en moins chez les cyclistes). Ajouter à cela une meilleur image pour l’entreprise, une déduction sur l’IS à hauteur de 25% des frais engagés.

S’il persiste, changez de patron !